20 septembre 2008

Un petit air de rentrée...




Ah la rentrée, la reprise, enfin appellez-la comme vous le voulez... Littérairement parlant, ça me renvoie à Paroles de Prévert. Un livre que j'aime tant, et qui sent la rentrée, l'école, et tout ce qui va avec. Qu'on peut lire et relire mille fois, même quand on est fatigué!


Il y a les poèmes qu'on connait par coeur: l'inventaire à la Prévert, Pour toi mon amour, l'accent grave, le cancre, pour faire le portrait d'un oiseau, et la liste serait longue...


Il y a ceux qu'on a oublié et qu'on relit avec plaisir: la promenade de picasso et ses "terrifiants pépins de la réalité", Barbara ("pardonne moi si je te dis tu, je dis tu à tous ceux qui s'aiment, même si je ne les connais pas")


Alors, si vous êtes déjà dépassés par la reprise, submergés par les choses à faire, glissez un brin de Prévert dans votre esprit... C'est comme une grande cour de récréation géante, où il fait bon redevenir petit pour quelques instants au moins...


Paris at night

Trois allumettes une à une allumées dans la nuit

La première pour voir ton visage tout entier

La seconde pour voir tes yeux

La dernière pour voir ta bouche

Et l'obscurité tout entière pour me rappeler tout cela

En te serrant dans mes bras.


Quartier libre

J'ai mis mon képi dans la cage

et je suis sorti avec l'oiseau sur la tête

Alors

on ne salue plus

a demandé le commandant

Non on ne salue plus

a répondu l'oiseau

Ah bon

excusez moi je croyais qu'on saluait

a dit le commandant

Vous êtes tout excusé tout le monde peut se tromper

a dit l'oiseau.


Le Jardin

Des milliers et des milliers d'années

Ne sauraient suffire

Pour dire

La petite seconde d'éternité

Où tu m'as embrassé

Où je t'ai embrassée

Un matin dans la lumière de l'hiver

Au parc Montsouris à Paris

A Paris

Sur la terre

La terre qui est un astre.


1 commentaire:

monbricabrac a dit…

je suis une fan inconditionnelles de Prévert.