08 avril 2008

INTERACTIF 2








Voici le retour de la nouvelle rubrique de partage de ce blog: INTERACTIF!




Cette fois-ci, je vous invite à indiquer en cliquant sur COMMENTAIRES un roman court à lire!




Nous avons tous des petits et infimes moments de disponible à l'évasion par le roman, pendant un trajet, pendant une soirée tranquille à la maison, ou tout simplement parce qu'un rendez-vous a été annulé à la dernière minute... Et puis, nous avons tous un petit espace dans un sac, pour y glisser un livre, pourvu qu'il soit léger!




Donc, merci d'indiquer le titre, l'auteur, le nombre de pages! A vos plumes, ou plutôt claviers!!!! Toutes les recommandations de lecture de romans courts sont les bienvenues!




6 commentaires:

Anonyme a dit…

dans la série roman court à lire, ou petites histoires:

de Jean Claude Touzeil
"est ce que"
éd Donner à voir

p ex: est ce qu'on peut faire des ronds à Carhaix?

je l'ai testé sur le canal du Midi, parfait entre deux écluses, ça devrait marcher aussi entre 2 stations de métro...
mlouise

nura a dit…

Le roman que je veux indiquer et écrit par 2 auteurs Ilf & Pertov, s'appelle "12 chaises" - c'est une portret-parodie sur le société sovietique du debut des années 20, le temps de Nouvelle Politique Economique, devenu un classique,
l'humour est genial, j'ai été mort de rire.
http://www.amazon.fr/Douze-Chaises-Ilya-Ilf/dp/2841901459

Anais a dit…

Je recommande "Un été indien", de Truman Capote.

Un petit bijou d'une soixantaine de pages qui parle de l'oubli, des différences entre les générations, de l'amour d'un grand-père, de l'été indien...

Nicolas a dit…

Ce n'est pas un roman mais un reccueil de contes. Ca s'appelle Caravane de rêves.
Idries Shah a collecté des contes de nombreux horizons du moyen orient. Il les a retranscrit dans différents ouvrages, dont celui-ci. Il y en a des longs et des très courts, des biens et des très biens.

Nicolas

Myriam a dit…

Le bruit des trousseaux de Camille Claudel, 117 pages écrit gros.

Un petit roman par la taille, mais grand par l'émotion qu'il suscite... On ne ressort pas indemne de ce petit voyage au coeur des prisons, aux côtés de l'auteur qui tente d'y transmettre son amour de la littérature. Jolie manière de prendre conscience de notre liberté quotidienne.

Une citation pour conclure :

"Mon temps terminé, je ressortais de la prison. Je ne sortais pas de prison. Je n'ai jamais senti aussi intensément dans la langue l'immsense perspective ouverte ou fermée selon la présence ou l'absence d'un simple article défini."

Myriam a dit…

Philippe Claudel, vous aurez rectifié de vous-même !