27 mai 2024

Code rose

 

 

Nous sommes au début de la seconde guerre mondiale, au Royaume-Unis. Des chercheurs viennent de casser les codes des allemands grâce à la machine Enigme et aux travaux de Türing. Trois femmes sont recrutées dans un lieu tenu secret : Bletchley Park. Aux questions qu'on leur pose, elles répondent faire du travail de secrétariat ennuyeux à mourir. Mais en fait, elles vont changer la donne, en travaillant par astreintes de jours comme de nuits. Kate Quinn rend un bel hommage à ses femmes de l'ombre. 

Nous suivons Osla, enjouée et charmante, qui vient de la haute société et côtoie le prince Philip, à l'époque où il n'est pas encore marié à Elisabeth II. Mab, une autodidacte, qui fait tout pour s'en sortir après une jeunesse marquée par des moments de vie très douloureux. Et enfin Beth, la fille du village, très soumise à ses parents, et qui va s'émanciper par son travail. On s'attache aux trois personnages, à leurs histoires de vie, d'amour, de rencontres, à leurs liens.

C'est donc avant tout un roman historique, un roman d'émancipation, mais c'est au-delà du roman de guerre, une forme d'enquête, un peu comme dans un polar. Car très vite on comprend qu'il y aurait eu des fuites... vers les russes. Qui pourrait avoir été impliqué? L'architecture du roman avec des retours dans le passé et des avancées dans l'enquête actuelle fait qu'on est vraiment tenu en haleine.

Enfin, c'est aussi un texte très bien documenté. Je trouve intéressant que Kate Quinn nous montre à la fin une photo des lieux et nous explique comment elle a construit les trois personnages fictifs en s'inspirant de bouts de figures réelles. On sent qu'il y a eu un vrai travail de documentation historique derrière le roman, et ça rend encore plus intense la lecture du texte, je trouve.

Pas toujours une belle plume, mais c'est une traduction... Quelques longueurs, mais on est quand même pris par l'histoire.

Avis donc à tous ceux qui ont envie d'en savoir plus sur ce pan de la seconde guerre mondiale. On y voit bien les différentes phases de la guerre, on y retrouve aussi l'ambiance du secret à garder, des bombardements, etc.

Un livre qui plaira aussi à ceux qui aiment les histoires d'amitiés, comment elles se nouent, se dénouent, se renouent. Comment par ce lien, on peut avancer dans sa vie, rebondir, se ré-inventer, être plus fort ensemble.

Enfin, ceux qui ont aimé The crown retrouverons le personnage de Philip.

Merci au club de littérature de Sciences Po Paris pour le conseil de lecture!





13 mai 2024

La quinte geste

 

Découverte d'une nouvelle autrice et aussi d'une nouvelle maison d'édition indépendante, au doux nom de : "Forgotten dreams" et qui souhaite mettre en avant des porteurs d'histoires, que leur regard relève de la fiction ou du documentaire, qu'ils envisagent un monde comme une énigme, une mémoire, un lieu de quête ou un rêve.

Dans La quinte geste, Estelle Tolliac nous emmène dans un univers intrigant où un nouveau né, princesse de son état, est pourchassé par des hordes de guerriers aveugles. Aidée par un jeune barde et un compagnon qui peut être vu tantôt comme homme tantôt comme femme, l'héritière va être protégée dans une fuite éperdue.

La quinte geste est un titre surprenant mais il s'agit en fait de cinq chants, un peu comme à l'époque des troubadours au Moyen-Age. Ils nous sont narrés à chaque fois de différents angles, mais dans le même univers fantastique dont nous découvrons les différents habitants avec curiosité, tant chaque peuple y compte des caractéristiques intéressantes sur le plan social et politique.

La force de ce livre est de nous plonger dans un univers qui critique le patriarcat et la domination. Dans ce texte féministe, les mots et les situations sont choisies pour remettre en cause notre ordre social, nos constructions arbitraires et datées.

Un autre atout de l'ouvrage est bien sûr la force de l'histoire. chaque chant nous tient en haleine. Il est presque difficile de passer d'un chant à l'autre tant on aimerait rester dans le flot de l'histoire. Mais pas de panique, l'effet chant chorale prend forme et on finit par pouvoir relier les cinq histoires pour voir apparaître l'univers de l'autrice dans toute sa finesse et sa complexité.

C'est Nadège Dauvergne, une artiste de street art, qui est à l'origine de la couverture... Ce qui n'est pas pour me déplaire!

Un immense merci à Marceline pour la découverte!

Un livre pour tous les amateurs de fantaisie et de récits épiques!

Un roman qui plaira aussi à tous ceux qui veulent réfléchir aux rapports hommes femmes en société.

 Une plume à découvrir!


 

 


24 avril 2024

Les ingénieurs du chaos

 

Giuliano da Empoli brosse le portrait des web marketers de notre époque Big data et IA, ceux qui arrivent à influencer les opinions publiques très finement, et faire élire des gouvernements populistes.

Il nous fait entrer dans les coulisses du Brexit, de la politique italienne, ou des équipes de Trump et de Viktor Orban.

La plume est acérée. Les métaphores sont parlantes. Pour lui, nous vivons comme dans un grand carnaval où tout est inversé. Plus le leader politique est inexpérimenté, plus il est vu comme digne de confiance par les foules.

Ce que j'ai trouvé intéressant, c'est qu'il aille jusqu'à la galerie de portraits de qui sont les humains derrière les mécanismes désormais bien rodés. Quel est leur profil, leur parcours, leur façon de raisonner.

Une lecture nécessaire pour mieux comprendre notre monde !

Merci à Pierre pour le conseil de lecture!


 


05 avril 2024

Circé

 

Très belle découverte!

Vous aimeriez vous replonger dans la mythologie grecque? Les dieux de l'Olympe? Leurs conflits? Leurs histoires? Ce roman est pour vous.

Vous suivrez la vie de Circé, la sorcière, fille du soleil, Hélios, et de Persée. Elle semble une jeune fille anodine, qu'on ne remarque pas vraiment. Sa voix est éraillée. Et pourtant, elle va découvrir qu'elle a des pouvoirs insoupçonnées. Elle sera alors punie pour cela, et exilée seule sur une ile. Et ce sera le début de nombreuses aventures...

Un très beau personnage de femme, complexe, ambiguë, en quête. Le texte questionne les rapports homme-femme, la place du féminin, le lien à la nature et aux enfants. Il est question d'amour, de vengeance, de perte, de pardon, de doutes et d’épanouissement aussi. 

Une réflexion sur la figure de la sorcière. Isolée et pourtant recherchée pour ses pouvoirs? Envoutante et pourtant seule? Figure obscure et parfois très noire et pourtant guérisseuse?

Un livre qui plaira aux amateurs de fantastique, de contes et légendes...

Un roman où les personnages secondaires sont riches aussi, car on y croise Prométhée, Dédale, Ulysse, et bien d'autres.

Un texte qui est plein de rebondissements, de péripéties, et de découvertes.

Merci à Chiara pour le conseil de lecture!

 





22 mars 2024

Journal de guerre

 

Une BD à lire!

J'avais découvert Nora Krug avec Heimat. En tant qu'Allemande vivant aux États-Unis, elle se sentait parfois stigmatisée, et avait donc essayé d'explorer ses origines... ce qui s'était passé dans sa famille pendant la seconde guerre mondiale.

Cette fois-ci, elle publie une bande dessinée sur la guerre en Ukraine. Pour cela, elle a suivi deux personnes, K, une journaliste de terrain Ukrainienne, et D., un artiste russe installé à St Petersbourg et contre la guerre.

Sur la page de gauche, on suit K, et sur la page de droite D, sur la même semaine, le même moment.

Tous les deux oscillent entre vouloir rester dans leur appartement avec les leurs, et devoir partir pour se mettre à l'abri.

Tous les deux naviguent entre la colère et la tristesse.

Tous les deux s'accrochent à leurs enfants et aux petites joies d'être vivants.

Tous les deux voient les corps et les esprits marqués par la guerre, physiquement et psychologiquement.

Je ne vous en dis pas plus...

Merci à Etienne pour le conseil de lecture!

 



21 mars 2024

Reste

 

Un roman dont la lecture est très particulière...

Un texte qui nous met mal à l'aise et pourtant on veut savoir la suite...

Une écriture dérangeante et marquante!

Nous sommes dans un chalet au bord d'un lac. La narratrice y passe un week-end avec M. son amant. Un matin, il va se baigner et il meurt accidentellement dans l'eau. Sous le choc, la narratrice est incapable d'appeler quiconque. Elle garde le corps, comme pour prolonger la présence du défunt à ses côtés.

Et plus on avance, plus c'est dingue, car bien sûr, ça commence à sentir. Que va-t-elle bien pouvoir faire du cadavre?

Je ne vous en dis pas plus!

Un roman qui questionne l'amour, la place de la maitresse, les liens qu'on tisse et qui nous font et nous défont. Une très belle introspection, sans lâcheté.

Un texte rempli de scènes marquantes; des huit clos qu'on n'oublie pas. Parfois grinçant, parfois ironique, parfois proche du thriller et puis finalement pas. Il y a vraiment un ton et humour singulier.

Une belle écriture, avec un vrai rythme et une forte musicalité, j'ai trouvé.

Merci Hélène pour le conseil de lecture!

Un livre pour la catégorie OUT OF THE BOX de ce blog! Pour sûr!


26 février 2024

La petite lumière


 

 En voici une BD qui marque...

C'est l'histoire d'un vieil homme qui s'est retiré du monde pour vivre à la campagne. Mais chaque soir sur la colline d'en face, une petite lumière scintille. Il est intrigué.

De quoi s'agit-il? Il semblerait qu'il n'y ait que de la campagne en face pourtant.

Il va mener son enquête et tombé sur un enfant, qui vit seul de l'autre côté.

L'histoire est d'une sensibilité rare. Les aquarelles sont sublimes.

On est toujours à la limite du fantastique. Est ce qu'il voit un vrai enfant ou il l'imagine?

Grégory Panaccione a adapté le roman d’Antonio Moresco et c'est fort!

Merci à Nola et Marin pour la découverte!